Archive pour décembre, 2015

Lo Moulinet, à Puisserguier ou quand l’huile d’olive coule de source

Lo Moulinet © M. Bavoillot

Lo Moulinet © M. Bavoillot

J’avais déjà rencontré Didier lors de marchés, de salons et d’entrée son aventure m’avait plu.

Didier était comptable et puis la vie lui a joué des tours… Un jour avec son épouse Anne, il décide de suivre sa passion première, un retour aux sources en quelque sorte, et c’est ainsi que je le retrouve moulinier au service du fruit emblématique de la méditerranée : l’olive.

Lo Moulinet est né !

Cette fois là, je me glisse, en pleine saison de cueillette des olives, au cœur de l’action ! Et c’est un ballet continu de voitures devant le moulin où s’échangent seaux, caisses plus ou moins lourdes d’olives tout juste cueillies.

Lo Moulinet © M. Bavoillot

Lo Moulinet © M. Bavoillot

Après la pression (je parle de moi), tranquilles, nous avons visité le moulin où le tri, le malaxage, l’extraction rythment les heures… Nous avons ensuite dégusté ses huiles les plus parfumées.

Pour lui, la Lucques est l’olive star de la région de Béziers, sans oublier la Picholine. Artiste à sa façon, il créé des assemblages de diverses variétés. Toute sa production est réalisée par une extraction à froid de qualité vierge extra.

Je vous invite à goûter la nouvelle récolte de Lucques confites, juste craquantes à souhait, une vraie réussite dont je peux témoigner.

Et comme on peut s’en douter, la boutique du moulin propose une multitude de produits dérivés tels des olivades vertes, noires, épicées ou pas et une petite nouveauté sucrée et délicate, la confiture d’olives, pas mal du tout !

 

The post Lo Moulinet, à Puisserguier ou quand l’huile d’olive coule de source appeared first on Petites Histoires du Languedoc.

Source: ODT Herault

« Hérault Pleine Nature de A à Z »

J’aime le grand air, les grands espaces et j’avoue être particulièrement gâtée ; tout s’explique, je vis dans l’Hérault ! Et je vous sens, vous, oui vous, au début d’une nouvelle année, plein d’envies, de courage et de résolutions. Comme la générosité est une valeur, et que l’Hérault n’en manque pas, je vous offre notre nouveau Dossier de Presse, « Hérault Pleine Nature de A à Z ».

Vous en connaissez beaucoup des destinations qui ont besoin de tout un alphabet pour classer, organiser, recenser, de la méditerranée aux hautes terres du Languedoc, une galaxie de propositions ? Du coup ça en fait du choix !

Mais une bonne étoile veille sur vous, notre équipe d’attachées de presse qui seront en 2016, vos guides, dévoués, disponibles et attentifs…

Découvrez l’ensemble des Dossiers de Presse

The post « Hérault Pleine Nature de A à Z » appeared first on Petites Histoires du Languedoc.

Source: ODT Herault

Le marron d’Olargues

Marron d'Olargues © M. Bavoillot

Marron d’Olargues © M. Bavoillot

Au bout du chemin, la châtaigneraie de la Métairie Basse à Courniou les Grottes…

Il est encore temps de vous présenter ce fruit emblématique du Haut Languedoc : le marron d’Olargues. Marron, vous avez dit marron ? Pour les castanéiculteurs, c’est simple, le marron est la châtaigne qu’ils cultivent (ce qu’en disent les botanistes, c’est une autre histoire). Bref, l’hiver est bien là et c’est maintenant que l’on agrémente ce fruit dans l’âtre de la cheminée ou bien dans une soupe bien chaude et roborative.

C’est parti, j’ai pris la route vers les superbes châtaigneraies du Haut Languedoc, à la rencontre d’authentiques producteurs. C’était juste la saison de la récolte et comme toujours, j’ai beaucoup appris.

La récolte se fait en général à la main mais avec des gants –il vaut mieux- et là, je m’adresse aux glaneurs du dimanche. Vous vous doutez-bien que les producteurs utilisent d’autres méthodes autrement plus rapides et plus efficaces avec des filets, par aspiration, en balayage, mais toujours gants et protections adaptées.

Marron d'Olargues © M. Bavoillot

Marron d’Olargues © M. Bavoillot

J’ai gardé le meilleur pour la fin : le goût. Le marron d’Olargues peut aussi se déguster au naturel, en accompagnement d’un plat. Lorsqu’il est séché on peut le réhydrater et le cuire avec du lait, de la crème ou encore du vin, un vrai plaisir. Sa farine donne au pain une saveur toute rustique, idem des pâtisseries, mais le summum pour moi, c’est la crème de marron ! Un petit conseil pour ce divin nectar, laissez faire les professionnels. Ils ont le savoir faire et c’est pour le meilleur.

 

The post Le marron d’Olargues appeared first on Petites Histoires du Languedoc.

Source: ODT Herault